Film réalisé par Andrzej Jakimowski, réalisateur polonais, coproduction France/Portugal/Pologne sorti sur les écrans français le 23 octobre 2013.

             IMAGINE 

Il faisait également partie de la sélection officielle du Festival International du Film de Toronto (TIFF) en 2012.

Synopsis

Sur les hauteurs de Lisbonne, dans un établissement spécialisé pour des jeunes enfants malvoyants, un nouveau professeur vient d'arriver. Enseignant aux méthodes originales, il apprend aux élèves à se repérer en écoutant la résonance des sons des éléments qui les entourent. Bien au-delà de ses cours, il souhaite que ses élèves développent leur imagination pour découvrir le monde autrement.

Ce que j'en pense

J'ai attendu longtemps sa sortie sur les écrans français parce que le sujet m'intriguait. Non pour l'écholocation que je connaissais déjà mais pour la façon dont cela serait mis en scène et pour revoir Melchior Derouet sur grand écran (découvert dans "Paris je t'aime" aux côtés de Natalie Portman).

Le lieu principal de l'histoire est un couvent aux murs blancs et coupé de la ville, fermé entre ses hauts murs, pourtant, l'impression qui en sort est lumineuse et très ouverte sur la ville, ses bruits et sa circulation, sans oublier les fameux eléctricos lisboètes. eléctricos Le réalisateur, Andrzej Jakimowski, aime filmer ses fictions comme un documentaire. Les acteurs, rappelons que tous les enfants sont des amateurs, sont quasiment saisis sur le vif et filmés même en dehors des scènes. Cela donne une spontanéité et une fraîcheur ainsi qu'une crédibilité intéressantes.

Gardons cependant à l'esprit qu'il s' agit d'une fiction. Si, effectivement, certaines personnes aveugles peuvent se déplacer sans canne et en utilisant exclusivement l'écholocation, cette technique qui permet de repérer la position et la taille des objets dans l'environnement proche en utilisant les échos acoustiques, un peu comme une chauve-souris, est souvent utilisée de façon plus ou moins consciente en accompagnement de la canne blanche.

Ceci étant dit, le personnage de Ian, le professeur arrivant dans cette institution, interprété par Edward Hogg, est intéressant parce qu'il décide de vivre comme il le souhaite, même si cela n'est pas sans danger : au fur et à mesure de ses déplacements solitaires et nocturnes, on le voit avec de nouvelles blessures, d'autres pansements. Ian dit : "Imagine it and you'll hear it", "Imagine - le et tu l'entendras".

Il souhaite faire partager cette liberté à ses élèves en leur donnant les outils et l'envie de le faire. Mais cela est difficile. D'abord parce que les élèves eux-même ont du mal à lui faire confiance en l'accusant de ne pas être un vrai aveugle, ensuite parce qu'il doit faire ses preuves auprès de sa hiérarchie, plutôt sceptique quant à sa technique de déplacement. 

Cependant,  Serrano, interprété par Melchior Derouet, et Eva, jouée par Alexandra Maria Lara, seront séduits par cette liberté et le suivront, avec plus ou moins de bonheur. 

La mise en scène, utilisant des cadres resserrés et le hors-champ, le travail sur les sons, sur la lumière, notamment le soleil qui réchauffe la peau, ou les superbes scènes nocturnes, participent à l'appropriation par le  spectateur de l'univers dans lequel évoluent Ian, Serrano, Eva et tous les enfants déficients visuels. 

C'est un beau film d'un point de vue esthétique et qui donne une irrésistible envie d'aller à Lisbonne. Le sujet est original, les acteurs sont très crédibles. Mais n'essayons pas d'en faire un documentaire, c'est une fiction, une vision poétique. 

KMBO vient de l'éditer en DVD avec quelques bonus, notamment une entrevue avec Melchior Derouet qui permet d'éclairer le film, les conditions du tournage et la façon dont travaille le réalisateur. 

  IMAGINE