On Dangerous Ground , en version originale, est un film en noir et blanc sorti en France le 20 juin 1952.

Affiche du film On Dangerous Ground

Réalisé par Nicholas Ray , avec une musique de Bernard Herrmann qui travaillera par la suite avec Alfred Hitchcock, la Maison dans l'Ombre est un polar psychologique.

Synopsis

Jim Wilson (Robert Ryan), flic usé et violent, est envoyé dans les montagnes pour enquêter sur le meurtre d'une jeune femme et se mettre un peu au vert. Lancé sur la piste d'un suspect, il va faire la rencontre de Mary (Ida Lupino), une jeune aveugle, dont il va très vite tomber sous le charme...

Contexte

Construit en deux parties, la première expliquant la deuxième, le film joue sur l'ombre et la lumière. La première partie se passe en ville, à la nuit tombée. La deuxième partie se passe dans les montagnes, sous la neige qui reflète le soleil ou la lune.

Si la première partie décrit le quotidien des flics dans une métropole du nord des États Unis, donnant ainsi l'occasion de définir la personnalité difficile et solitaire de Jim, la deuxième partie dévoilera une toute autre facette de son personnage lorsqu'il arrivera dans une ferme perdue dans la montagne, en pleine chasse à l'homme, et fera la connaissance de Mary, jeune femme vivant a priori seule dans cette campagne éloignée de tout.

Mary

Quand Wilson et Brent frappent violemment à la porte de sa maison, Mary vient leur ouvrir sans crainte. Elle les accueille chez elle, pensant qu'il s'agit de personnes prisent dans la tempête. Il faut un bon moment pour que les "invités" s'aperçoivent que Mary est aveugle. Connaissant parfaitement sa maison, elle s'y déplace aisément. La chasse à l'homme qui les a conduits là, les amènent à trouver suspect le fait que la maison soit plongée dans l'obscurité, tout comme le manque de réaction de Mary lorsque la lampe se renverse et met le feu.

La nuit tombant, elle propose aux hommes de les héberger pour qu'ils puissent se reposer. Elle prépare un thé, amène le plateau et sert une tasse à Jim, utilisant son doigt pour contrôler le niveau du liquide versé dans la tasse. Elle demande alors à Jim s'il a déjà rencontré des aveugles. Celui-ci s'étonne de la question et répond par la négative. Ce qui surprend Mary, puisque généralement, les gens lui auraient pris le plateau des mains et servi le thé à sa place, pour lui éviter, bien sûr, de se brûler. Elle explique aussi qu'il n'y a pas dans sa voix ce ton de pitié si habituel chez ses interlocuteurs.

Il y a ainsi quelques moments dans le film où la psychologie est le personnage principal, donnant de l'épaisseur à la relation naissante entre Mary et Jim.

On peut regretter, alors que Mary a une vraie personnalité, que vienne le spectre de la guérison possible, comme si la cécité l'empêchait d'être femme à part entière. De même, si certains de ses gestes sont "calqués" sur les gestes quotidiens des personnes aveugles telle la technique pour verser un liquide dans un récipient, on peut s'étonner de la "technique" utilisée par Jim pour guider Mary à l'extérieur, sur un sol enneigé où il la tient par le bras alors qu'en pratique, c'est la personne aveugle qui tient son guide par le bras, voire l'épaule. Pour savoir précisément de quoi l'on parle, voir ce court film sur les techniques de guidage.

On peut aussi trouver qu'Ida Lupino, l'interprète de Mary, a le regard fixe, façon "zombie stare" dont parle Georgina Kleege dans son livre ''Sight Unseen'' (en anglais) alors que, par ailleurs, le film illustre, ou tente d'illustrer le reste visuel de Mary avec une jolie (mais attendue) scène avec un briquet allumé.

Mary percevant la flamme du briquet agité devant son visage

Conclusion

Sans revenir sur quelques points développés ci-dessus, la Maison dans l'Ombre est un film qui vaut le coût d'être vu. Il n'y a pas beaucoup d'occasion de voir un tel portrait de femme aveugle au cinéma, digne et indépendante, et ce, même si la fin est prévisible. Si l'on peut trouver la première partie un peu longue, la deuxième partie est vraiment intéressante pour le côté psychologique de ce polar où se noue cette relation entre Jim et Mary, où l'on voit la transformation de Jim, comme s'il retrouvait une raison de croire en l'humanité.

La Maison dans l'Ombre - couverture du DVD des Éditions Montparnasse

Dans cette version sortie en 2004 aux Éditions Montparnasse, il n'y a pas de version audiodécrite.