A Patch of Blue, dans son titre original est un film réalisé en 1965 par Guy Green et dont les principaux rôles sont tenus par Sidney Poitier (Gordon Ralfe), Shelley Winters (Rose-Ann d'Arcey) et Elizabeth Hartman (Selina d'Arcey).

Un coin de ciel bleu - jaquette DVD (Selina touchant le visage de Gordon)

Sur un scénario de Guy Green tiré du roman d'Elizabeth Kata, "Un Coin de Ciel bleu" a reçu cinq nominations aux Oscars dont la Meilleure Actrice (Elizabeth Hartman), la Meilleure Direction Artistique, la Meilleure Photographie, la Meilleure Musique et le Meilleur Second Rôle Féminin qui vaudra un Oscar à Shelley Winters qui joue le rôle de la mère dépravée de Selina.

Synopsis

Aveugle, Selina d'Arcey voit désormais le monde à travers les yeux du bienveillant Gordon Ralfe (Sidney Poitier, récompensé aux Oscars). Selina, frêle Cendrillon élevée par une mère débauchée, est blanche. Elle ignore que l'homme qui lui apprend à composer un numéro de téléphone ou à trouver les toilettes est noir.

Contexte

Résumons donc l'intrigue: une Cendrillon aveugle et blanche rencontre son prince charmant qui est noir, ce qu'elle ignore.

Abruptement dit comme cela, on croirait une caricature. Pourtant, rappelons qu'il s'agit d'un film américain, sorti en 1965, soit à peine dix ans après l'affaire Rosa Parks alors que les Noirs Américains luttent toujours pour leurs droits civiques (Martin Luther King sera assassiné en 1968).

Dans "Un Coin de Ciel bleu", la famille d'Arcey, blanche, composée d'une mère aux moeurs légères, d'un grand-père aimant mais alcoolique et de Selina, jeune femme aveugle totalement ignorante et jamais scolarisée, survit, alors que Gordon Ralfe, noir, travaillant la nuit et partageant son logement avec son frère, médecin, semble issu d'une classe moyenne éduquée.

Nous n'approfondirons pas plus le contexte historique et politique de ce film, "Vues Intérieures" se concentrant sur la perception de la cécité et sur la définition du personnage aveugle, néanmoins, il faut avoir cela en tête.

Selina, recluse dans le misérable logement qu'elle occupe avec sa mère, qu'elle appelle Rose-Ann et non maman, et son grand-père, passe ses journées à enfiler des perles de différentes tailles pour confectionner des colliers et pour jouer les Cendrillons en faisant le ménage, la vaisselle et le repas.

Elle travaille donc à domicile, son patron lui amenant le matériel nécessaire à la confection des colliers et venant les récupérer une fois réalisés. Celui-ci amène parfois Selina au parc situé à proximité de son logement mais qu'elle est incapable d'atteindre seule. Son grand-père vient la chercher. C'est de cette façon qu'elle rencontre Gordon Ralfe la première fois, qui vient la délivrer d'un insecte tombé dans son corsage (photo ci-dessous).

Première rencontre de Selina et Gordon dans le parc

Cette rencontre va bouleverser sa vie. Elle qui n'est jamais allée à l'école (elle se demande d'ailleurs ce qu'elle aurait pu faire ou apprendre à l'école en étant aveugle alors qu'aux États-Unis, la première école pour aveugles (en anglais) a ouvert ses portes en 1832), qui n'a jamais entendu parlé du braille, ce système d'écriture en points en relief mise au point par Louis Braille en 1825 avec un premier traité publié en 1829, qui fait office de domestique à la maison mais qui ne peut se déplacer seule à l'extérieur de ce logement, va découvrir par le biais de Gordon qu'une autre façon de vivre, d'exister est possible.

Alphabet braille en noir - http://www.enfant-aveugle.com/spip.php?article12

Alphabet braille en noir tiré du site Enfant aveugle

Si le personnage aveugle de Selina rentre dans la catégorie abondamment représentée dans la littérature et au cinéma de la jeune et belle ingénue aveugle, renvoyant notamment à Gertrude de la Symphonie Pastorale, il n'est pas question ici de guérison ou d'opération miraculeuse pour recouvrer la vue, mais de la possibilité d'une éducation pour pouvoir être autonome en apprenant à lire et à écrire, en apprenant à se déplacer seul.

"Jeune et belle ingénue aveugle" n'est pas totalement approprié pour décrire Selina puisque sa mère ne cesse de lui dire qu'elle est affreuse et qu'elle fait peur à tout le monde à cause de ses cicatrices. Devenue aveugle à la suite d'un accident, elle est effectivement marquée par de légères cicatrices autour des yeux (ceux-ci étant miraculeusement intacts). Elle posera rapidement la question de son apparence physique à Gordon qui lui dira qu'elle est une jolie jeune fille et qui lui offrira des lunettes de soleil pour cacher ces cicatrices pour qu'elle devienne une très jolie jeune fille. S'il n'y a pas de canne blanche dans le film, Selina ne sachant se déplacer seule, voilà quand même l'un des accessoires semblant indissociable du personnage aveugle, la paire de lunettes noires...

Dans une tentative de se rendre seule au parc, après avoir fait une reconnaissance du chemin préalablement avec Gordon, on voit Selina se déplacer dans la rue, à tâtons et au bruit, parmi des passants indifférents voire hostiles tel ce monsieur lui disant qu'elle n'a pas le droit de sortir seule comme on pourrait le faire à un jeune enfant. Cette expérience ratée et traumatisante sera aussi un déclic pour Selina qui sera encouragée en cela par Gordon.

Évidemment, nous pouvons dès le début entrevoir l'évolution de la relation entre Selina et Gordon. Néanmoins, si Selina n'a pas reçu d'éducation, elle n'est pas bête et apprend vite. Il est d'ailleurs intéressant de la voir s'épanouir en découvrir des choses qui nous semblent simples et évidentes. La personne aveugle est donc un être doué de raison qui peut tout apprendre moyennant, parfois, des techniques et des outils particuliers.

Bien sûr, le scénario repose aussi sur le fait que Selina soit blanche et Gordon noir dans une Amérique, rappelons - le, où il existe encore notamment des différences dans les droits civiques, mais ce que l'on retient ici c'est aussi la possibilité d'une autonomie pour les personnes aveugles. Et la possibilité d'une relation basée sur l'amour et non la charité ou l'abnégation, peu importe la couleur de peau et les différences.

Laissons de côté les préjugés et prenons plaisir à (re)découvrir ce film en noir et blanc disponible en DVD, mais sans audiodescription sur la version parue en 2006 chez Warner Bros. France S.A.