Billet un peu particulier pour rendre hommage à un grand guitariste qui aurait eu cinquante ans aujourd'hui, 25 mars 2016.

Retour sur Jeff Healey, révélé au monde entier avec See the Light, premier album du Jeff Healey Band sorti le 13 septembre 1988 alors que Jeff avait vingt - deux ans, et sur sa carrière , passant du rock - blues au jazz des années 20 et 30 dont il était un grand connaisseur et collectionneur (il a eu jusqu'à trente mille soixante-dix-huit tours de jazz de cette période).

Couverture du CD See the Light du Jeff Healey Band

Né le 25 mars 1966 à Toronto (eh oui, encore un Canadien), Jeff est décédé à Toronto le 2 mars 2008.
Mais, s'il s'agit ici d'un billet posthume, nous n'avons aucunement envie d'écrire une prose lacrymale. Voir Jeff jouer de la guitare était une chose assez incroyable, avec une énergie folle, et surtout un talent exceptionnel.
Dans les années 90, 1990 j'entends, on parlait beaucoup de guitare heroes tels Stevie Ray Vaughan par exemple.
Dans cette période, Jeff a dû jouer avec tous ceux que l'on qualifiait de ce terme. Cherchez un peu sur le net, vous tomberez sur des séquences incroyables et verrez cette énergie et cette façon bien à lui que Jeff avait de jouer de la guitare.
Aveugle depuis l'âge d'un an à la suite d'un rétinoblastome (cancer de la rétine), Jeff a commencé à jouer de la guitare à trois ans. Sans modèle pour lui montrer comment faire, il a débuté en tenant sa guitare à plat sur ses genoux et est devenu virtuose de cette façon. Pour les apprentis guitaristes qui lisent l'anglais, voici un lien vers deux articles qui pourront les éclairer sur la technique de Jeff et ses possibilités infinies et inusitées, avec en prime une présentation de l'album Heal my Soul qui sort aujourd'hui et dans le monde entier : Premier Guitar et American Blues Scene

Jeff Healey - gros plan sur la main gauche courant sur le manche de guitare

Dans la deuxième partie de sa carrière, lorsqu'il s'est mis à enregistrer des disques de jazz reprenant des classiques de sa période préférée, les années 20 et 30, non content de jouer de la guitare, il joue aussi de la trompette.
Moins connu de ce côté - ci de l'Atlantique pour ce versant de sa carrière, Jeff a ouvert dès 2001 un club à Toronto, dénommé "Healey's" où il jouait régulièrement avec son groupe de blues les jeudis soirs et son groupe de jazz les samedis après-midi.

Dès octobre 1991, il a aussi eu son émission de radio sur CBC, la radio nationale canadienne, qui s'appelait "My Kinda Jazz" où il présentait des disques de sa propre collection et avait toujours des anecdotes à propos des enregistrements. Ses émissions étaient fascinantes et vous immergeaient dans les origines du jazz. C'était une parenthèse hors du temps où vous pouviez apprécier sa voix chaude et généreuse.
A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la radio Jazz FM 91 rediffuse ses émissions.

Il ne s'agit pas ici de refaire l'historique de sa carrière, il y a un visuel complet sur le site éponyme, que nous espérons accessible, ou un résumé en français ici. Mais sa musique m'a beaucoup accompagnée et ses influences m'ont fait découvrir le blues et le jazz des années 20 et 30. Si le Jeff Healey Band était un groupe classé "rock-blues", Jeff avait une connaissance encyclopédique du jazz des origines.
J'ai pu écouter quelques morceaux de Heal my Soul, album perdu, sorti opportunément aujourd'hui, mais qui reflète sincèrement ce que pouvait faire le Jeff Healey Band. Du rock-blues puissant, une ballade ou un blues dans la plus pure tradition avec la guitare de Jeff. Une fois que vous avez entendu le son de sa Fender, vous ne l'oubliez plus.

Couverture du CD Heal my Soul du Jeff Healey Band

Après avoir ouvert son premier club, un peu lassé des tournées internationales, Jeff a joué avec un autre groupe, "The Jazz Wizards", et a enregistré plusieurs albums avec des reprises de standards du jazz où il joue également de la trompette.

Jeff Healey jouant de la trompette - photo issue du site JeffHealey

En dehors de sa carrière musicale, et dans la tradition nord - américaine, Jeff prenait part régulièrement à des événements servant à récolter des fonds pour, dans son cas, combattre le rétinoblastome. Il défendait également la cause des personnes aveugles et celle de l'alphabétisation ("Throughout Jeff’s successful career, he was an advocate for both the blind and literacy. He showed his support by lending his name and volunteering his time to various CNIB fundraisers and Toronto’s Word On The Street festival. A childhood cancer survivor, Jeff took every opportunity to help support Sick Kids Hospital, focusing on Daisy’s Eye Cancer Fund (a Childhood Retinoblastoma Research foundation)" tiré de A propos de Jeff Healey).

Pour en savoir un peu plus sur cette belle personne qu'était Jeff Healey, lire l'interview de son épouse Cristie Healey parue dans American Blues Scene où elle parle de l'album Heal my Soul mais aussi du caractère de Jeff et de son rapport à la musique (en anglais).