Acteur américain basé à Chicago, Jay Worthington interprète l'un des personnages aveugles dans l'un des deux spots que l'on peut voir dans la campagne Blind New World dont nous avons déjà parlé ici intitulé The get together (la rencontre) où il interprète James, professeur assistant en Astrophysique (à voir, notamment en version audiodécrite, en anglais, sur la page d'accueil de Blind New World).

Portrait de Jay Worthington

S'il s'agit bien d'une fiction, Jay Worthington est, dans la vie, légalement aveugle, étant né avec un albinisme oculaire. Au quotidien, il dit qu'il peut lire les gros caractères, qu'il voit les couleurs et les formes mais que sa perception des détails et de la profondeur est très limitée, qu'il porte des lunettes, que ses yeux sont très sensibles à la lumière et qu'il a un nystagmus (mouvements erratiques, incontrôlés et incontrôlables des yeux). Et, concrètement qu'il ne peut pas conduire. "Enfin, je suppose que je pourrais conduire mais cela serait horriblement dangereux. Alors, je ne dois pas conduire. Au regard de la loi, je ne peux pas conduire" ("In terms of things I concretely can't do? I mean I can't drive a car. Well, I suppose I could drive a car but it would be horribly dangerous. So, I shouldn't drive. Legally I can't drive" dit Jay Worthington dans un article parlant justement de cette campagne d'un genre nouveau, Blind New World, dont le but est de faire tomber les barrières et les préjugés que les voyants peuvent avoir au sujet des personnes aveugles et de montrer aussi que celles-ci peuvent faire beaucoup de choses.

Jay Worthington dit que pour la première fois de sa vie, il participait, presque par curiosité, à une audition qui cherchait spécifiquement des comédiens déficients visuels et que cela était très étonnant ("And I was shocked because in my entire life, I've never seen an audition that was specifically looking for visually disabled actors. So almost out of morbid curiosity I was like I've got to check this out").

Il faut dire que, depuis 2011, Jay Worthington, à la fois acteur et enseignant, fait partie de la troupe du Gift Theatre (qui vient d'ailleurs de présenter une version inédite de Richard III, lire cette critique en anglais), théâtre co-fondé en 1997 par Michael Patrick Thornton et William Nedved dans un quartier de Chicago peu desservi en structures culturelles. Jay Worthington s'apprête à jouer dans une adaptation des Raisins de la Colère (The Grapes of Wrath).

Jay Worthington - Les Raisins de la Colère

En fait, c'est un petit film de quatre minutes qui m'a donné envie de faire ce portrait de Jay Worthington parce qu'il parle à la fois de son enfance, de sa malvoyance qui l'a construit, mais aussi de la façon dont il travaille. On le voit d'abord dans ce qui semble être son logement, lire et apprendre un texte, puis à l'extérieur se déplaçant avec des lunettes de soleil (sans autre aide à la navigation) pour se rendre au Gift Theatre où il explique ensuite la façon dont il travaille, comment il se repère.
La version actuelle de ce blog ne permet pas de faire des liens directs vers des vidéos. "Beyond Sight : What You See is not the Truth" est le titre de ce reportage réalisé par Matthew Kirk et disponible sur Vimeo (https://vimeo.com/152323284).
Vous trouverez donc ci-dessous une transcription (traduite en français), que j'espère la plus fidèle et complète possible.

"On m'a souvent dit "tu ne pourras pas être acteur, jamais, à cause de ta vue. Personne ne t'engagera sur un téléfilm ou un film. Ça serait trop distrayant." A cause de cette condition avec laquelle tu es né, contre laquelle tu ne peux rien, tu ne pourras pas atteindre tes rêves. Quand les gens te répètent ce genre de chose, "tu ne peux pas faire ceci, tu ne peux pas faire cela, je crois qu'il faut les ignorer et mettre les bouchées doubles, travailler encore plus dur. Mais, handicapé ou non, si vous écoutez les gens qui disent ce qu'on peut faire ou pas, peu d'entre nous auraient une raison de se lever chaque matin.
Je suis né prématuré, aveugle, ou quasiment aveugle. (...) Mes yeux ont quelquefois tendance à bouger de façon erratique. C'est très étrange parce que je ne le sens pas. Je ne sais pas quand ça arrive ou pas.
Quand j'allais au collège et au lycée, on m'avait surnommé "Squiggs" parce que mes yeux bougeaient. Quand on vous appelle par ce surnom pendant cinq ou six ans, vous commencez à développer des mécanismes radicaux de défense, et probablement des mécanismes violents de défense. Et c'est ce que j'ai fait. Je me suis beaucoup battu, à coups de poing, de bagarres de ma plus tendre enfance jusqu'au lycée. La défense physique a sûrement été ma première façon de gérer cette malvoyance.
Ce n'est ni être complètement aveugle, ni avoir une vision parfaite. C'est quelque chose entre les deux. Et cela amène beaucoup de gens à cette méprise qui peut se manifester en frustration "comment vois-tu?", "je ne sais pas comment tu interagis avec le monde", mais je ne le sais pas non plus.
Voici la compagnie du Gift Theatre. C'est le plus petit "equity theatre" de Chicago, c'est le meilleur "equity theatre" de Chicago.
C'est difficile de décrire comment je vois, simplement parce que j'ai toujours vu de cette façon.
En fait, je mémorise tout. Ce n'est pas quelque chose que je fais consciemment, mais j'ai l'impression que mon cerveau catalogue et mémorise les lieux et la géographie.
(Sur la scène du Gift Theatre), je sais que lorsque je suis au beau milieu de la scène, il y a trois pas de chaque côté dans ce sens, douze pas jusqu'à la porte et à peu près dix pas jusqu'au piano.
En vieillissant, j'ai beaucoup de difficulté à parler de "handicap" parce que ce soit-disant handicap m'a donné la plus belle des vies dont j'aurais pu rêver. Comment puis je me plaindre? Comment me nommer moi même "handicapé" quand ma vie ressemble à ce qu'elle est. Je ne changerais ma vision pour rien au monde. Vraiment.
Être né comme ça n'est pas une erreur, c'est une bénédiction. Cela m'a peut-être pris vingt - neuf ans pour m'en rendre compte, mais c'est une bénédiction."

Jay Worthington n'est ni le premier ni le seul comédien (légalement) aveugle. Nous avons déjà parlé ici de Bruno Netter et de Melchior Derouet. Il fait cependant partie de la même génération (autour de la trentaine) que Casey Harris et c'est intéressant de voir que s'ils revendiquent d'abord d'être acteur pour le premier, ou musicien pour le second, ils n'hésitent pas à parler de leur condition visuelle. Instiller une fierté à dire "je suis aveugle", c'est aussi ce que souhaite la campagne Blind New World. Voici deux beaux ambassadeurs potentiels, non?

Jay Worthington - Good for Otto

Casey Harris - concert au Yoyo - Paris - 17/02/2016