Si le mois de février est le plus court de l'année, c'est probablement celui qui concentre le plus de cérémonies et remises de récompenses dans le milieu du cinéma.
Sans aller chercher très loin, nous pouvons noter les Magritte du cinéma chez nos voisins belges qui ont eu lieu le 4 février 2017, les BAFTA (British Academy Film & Television Awards) le 12 février 2017, les César le 24 ou, bien sûr, les Oscars le 26 février prochain.

Après presque deux ans et demi d'existence, la revue de dix-neuf films, dont trois documentaires et un film d'animation, le blog Vues Intérieures a eu envie de se pencher plus largement et généralement sur la cécité et sa (ses) représentation(s) sur grand écran, tout en laissant une place aux personnages handicapés, y compris sur petit écran et dans les séries télé.

Fiction et cécité

En préparant ce billet, nous avons été surpris de voir, parmi les acteur(rice)s d'hier et d'aujourd'hui, le nombre d'entre eux (elles) qui ont interprété des personnages aveugles.
Parmi les films dont nous avons parlé ici, mentionnons chez les actrices, Ida Lupino (La Maison dans l'Ombre), Elizabeth Hartman Un coin de ciel bleu), Simone Valère (La nuit est mon royaume), Alexandra Maria Lara (Imagine), Ariana Rivoire (Marie Heurtin), Ellen Dorrit Petersen (Blind) ou Fritzi Haberlandt (Peas at 5.30).

Affiche du film La Nuit est mon Royaume

Chez les acteurs, notons Cary Grant (Les Ailes dans l'Ombre), Jean Gabin (La nuit est mon royaume), Van Johnson (A 23 pas du mystère), Edward Albert (Butterflies are free), Robert Lepage (Dans les Villes), Hugo Weaving (Proof), Val Kilmer (Premier Regard), Ghilherme Lobo (Au Premier Regard), Hilmir Snær Guðnason (Peas at 5.30), Edward Hogg et Melchior Derouet (Imagine).

Affiche du film Au Premier Regard Affiche du film Butterflies are free A 23 pas du mystère - couverture jaquette DVD

A ceux-ci, on peut ajouter Michèle Morgan qui reçut le Prix d'interprétation féminine au premier Festival de Cannes en 1946 pour son rôle de Gertrude dans le film la symphonie pastorale réalisé par Jean Delannoy et tiré du roman éponyme d'André Gide. Ou encore, plus récemment et étrangement, Al Pacino dans le film le temps d'un week-end réalisé par Martin Brest, qui reçut l'Oscar du meilleur acteur en 1992 pour son interprétation de Frank Slade, dans un remake de Parfum de femme réalisé par Dino Risi et sorti en France en 1975. Le rôle du colonel Fausto Consolo valut à Vittorio Gassman le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes en 1975.
On pourrait ajouter Virginia Cherrill, la jeune fleuriste aveugle dans les lumières de la ville réalisé par Charlie Chaplin en 1931 ou Dorothy Gish, jouant le rôle de Louise dans les deux orphelines réalisé par D.W. Griffith en 1921.
Bref, c'est une liste sans fin, la cécité ayant manifestement inspiré les scénaristes, même si celle-ci est plus souvent caricaturée et stéréotypée que dépeinte d'une façon crédible. Sur ce blog, nous avons choisi de parler de films ou d'interprètes qui donnaient, sinon un reflet réaliste de la cécité, du moins, un portrait plus nuancé, crédible de ce que peut signifier être aveugle dans nos sociétés occidentales, sans être forcément une victime, un bourreau ou un superhéros (avouons que nous avons un faible pour Charlie Cox endossant le costume de Matt Murdoch, plus d'ailleurs que celui de Daredevil).

Incarner le handicap ou jouer un personnage?

Là où le bât blesse, c'est que parmi tous les acteurs et actrices cités précédemment ayant interprété des personnages aveugles ou malvoyants (peu présents au cinéma, peut-être parce que moins "visibles" que la cécité complète et totale qui, rappelons-le, est finalement marginale dans la population déficiente visuelle), un seul est réellement déficient visuel. Il s'agit de Melchior Derouet qui jouait le rôle de Serrano dans Imagine. Et Ariana Rivoire, l'interprète de Marie Heurtin, première personne sourde - aveugle française à avoir reçu un enseignement, est sourde. Certes, le "métier" d'acteur ou d'actrice est d'endosser et d'interpréter des rôles différents. Et il est difficile d'oublier l'incarnation de Christy Brown par Daniel Day Lewis dans My Left Foot, film de 1989 réalisé par Jim Sheridan, rôle qui lui valut, entre autres, l'Oscar du meilleur acteur, le BAFTA Film Award du meilleur premier rôle masculin cette même année.
Cependant, quand on connait les difficultés que rencontrent les comédiens ou acteurs handicapés ne serait-ce que pour passer un casting, on se dit qu'il y a encore bien du travail à faire pour que diversité et inclusion soient des réalités sur nos grands (ou petits) écrans (ou nos scènes de théâtres).
A lire (en anglais) le très intéressant article Disability in American theater: where is the tipping point? écrit par Christine Bruno et publié sur Howlround. Elle indique que 16% des acteurs récompensés l'ont été pour avoir interprété un personnage handicapé. Parmi ces acteurs, seulement deux étaient handicapés. On se souviendra de Marlee Matlin dans les Enfants du Silence ("Children of a lesser God") de Randa Haines, film sorti en 1986 où elle interprète Sarah Norman, rôle qui lui valut, à vingt et un ans, l'Oscar de la meilleure actrice.
Pour compléter le tableau côté américain, voir aussi l'étude publiée en juillet 2016 par la Fondation Ruderman sur l'emploi des acteurs handicapés à la télévision où il apparaît que moins d'un pour cent des personnages dans les séries américaines diffusées à la télé ou sur les plateformes de vidéos à la demande ont un handicap. Et que seulement cinq pour cent de ces personnages sont interprétés par des acteurs handicapés. Aux États-Unis, on considère que vingt pour cent de la population est handicapée.
Qu'en est-il en France? Guère mieux, voire pire mais difficile de le savoir faute d'étude ou d'article...
Si l'on regarde les derniers films comportant des personnages aveugles (tous les deux féminins d'ailleurs), la prunelle de mes yeux, réalisé par Axelle Ropert, et le coeur en braille, réalisé par Michel Boujenah, force est de constater que les actrices, respectivement Mélanie Bernier et Alix Vaillot, ne font pas partie de ces cinq pour cent.

Documentaires

Si la cécité est souvent "interprétée" dans la fiction, le documentaire met parfois en lumière des personnes aveugles, des vraies, celles que l'on pourrait croiser sur le trottoir, en s'éloignant exagérément de leur trajectoire par crainte de recevoir un coup de canne, dans l'ascenseur et à qui l'on ne dirait pas bonjour, pensant ainsi rester "invisible", qu'on plaindrait pensant leur vie triste. Heureusement, le documentaire nous permet de rencontrer, par exemple, des photographes aveugles ou malvoyants qui partageront ce que la beauté signifie pour eux comme dans le Beau est Aveugle de Gwenaël Cohenner. Ou de rencontrer une mélomane, un danseur, une peintre, une avocate, un responsable associatif dans le très beau la nuit qu'on suppose de Benjamin d'Aoust. Ou encore de croiser deux magnifiques musiciens, l'un étant une légende, le trompettiste Clark Terry, et l'autre un jeune pianiste de jazz, Justin Kauflin, dans le chaleureux Keep On Keepin'On d'Alan Hicks.

Affiche du documentaire Keep On Keepin'On

Dans le magnifique et bouleversant Notes on Blindness, qui était en lice pour trois récompenses aux BAFTA 2017, basé sur les cassettes enregistrées par John Hull qui serviront également de support au livre Touching the Rock - An Experience of Blindness, c'est pourtant un acteur qui prête sa silhouette à la voix de John Hull.

Conclusion

Difficile de conclure sur un sujet aussi vaste, à la fois aussi vieux que le cinéma (ou le théâtre), et en devenir mais nous parions qu'enfin le grand écran nous donnera l'occasion de croiser de beaux personnages qui, par delà leur cécité ou leur malvoyance (que l'on aimerait vraiment plus présente à l'écran), ont une vraie vie avec un travail, une famille, des enfants (à quand un papa aveugle amenant ses enfants à l'école ailleurs que dans un documentaire?), des joies, des peines, des envies de théâtre, de voyage... Bref, des personnages de fiction qui, enfin, rejoindraient la (ou une) réalité.

Si nous revenons rapidement aux films présentés au fil du blog, peu de personnages aveugles, et c'est encore plus flagrant chez les personnages féminins, ont un "vrai" métier ou travaillent. Et, hormis un aviateur aveugle, les métiers sont limités : masseur, enseignant (auprès d'enfants ou de personnes aveugles), musicien... Dans la "vraie" vie, et dans nos sociétés occidentales, même si le pourcentage de personnes aveugles exerçant un emploi est ridiculement et dramatiquement bas, nous croisons des ingénieurs informatiques, des avocats, des traducteurs, des journalistes, des enseignants universitaires, des bibliothécaires, des chefs d'entreprise...

Quand ces personnages auront une vraie épaisseur et existeront pour autre chose que leur cécité ou leur malvoyance, alors peut-être que la présence de comédiens aveugles ou malvoyants sera évidente. Souhaitons aussi voir vite arriver des comédiens handicapés interpréter des personnages pas forcément identifiés comme tels.
En attendant, pensons au mot "diversité" et à ce que cela peut signifier dans nos sociétés occidentales.