En ces temps étranges de confinement et de distanciation sociale, surgissent de belles surprises.
Il paraît que les gens ont plus de temps, coincés à la maison...
Si tel est le cas, voici alors quelques suggestions, certaines directement liées à notre récent séjour à Chicago et aux pièces de théâtre que nous y avons vu, mais aussi à ce que nous voyons circuler sur les réseaux sociaux ou les médias en ligne, ici et ailleurs... A vrai dire, c'est plutôt ailleurs, physiquement et temporellement, histoire de s'évader un peu par l'esprit, en attendant de pouvoir le faire à nouveau par le corps...

Du théâtre depuis chez soi où il est aussi question d'accessibilité, un passionnant documentaire sur Netflix où "les éclopés" ont la parole, des lectures à caractère patrimonial en lien avec la cécité, voilà ce que nous vous proposons...

Teenage Dick, le théâtre à domicile

Dans notre précédent billet Chicago bis - Handicap, représentation, accessibilité, nous avons parlé de cette pièce commandée par the Apothetae, écrite en 2016 par Mike Lew et montée à New York en 2018. Nous avions aussi mentionné the Apothetae, structure new-yorkaise fondée par Gregg Mozgala, comédien ayant une IMC (Infirmité Motrice Cérébrale), et qui a d'ailleurs crée le rôle de Richard à New York. Ces derniers jours, the Apothetae et the Lark ont annoncé le lancement de leur deuxième bourse majeure pour des auteurs handicapés ou sourds. Si cela vous intéresse, vous pouvez postuler jusqu'au 14 juin prochain.

Teenage_Dick.jpg
Affiche de "teenage Dick" mis en scène par Brian Balcom au Theater Wit

"Teenage Dick" a également été montée en Angleterre l'année dernière, mais c'est dans la version chicagoane que nous l'avons vue.
Nous y revenons parce qu'après avoir vu la première répétition publique, nous avons tenté la version "confinée", à travers un écran d'ordinateur et avec sept heures de décalage horaire.
Cette fois-ci, enregistrée lors de la dernière représentation en public, les décors étaient terminés et la comédienne interprétant Clarissa avait été remplacée par sa doublure, a priori pour des raisons de santé. L'intérêt du théâtre est avant tout d'être dans la salle avec les comédiens et le reste du public mais en cette période où tous les lieux culturels sont fermés, nous voyons naître un peu partout des initiatives pour amener le théâtre dans nos maisons. La Comédie Française propose ainsi des rendez-vous quotidiens, le Théâtre de la Colline diffuse le journal du confinement de Wajdi Mouawad... A travers les Etats-Unis, plusieurs théâtres diffusent des pièces en vidéo. Certains, comme le Theater Wit ou le Timeline Theatre, tous les deux à Chicago, vendent pour chaque diffusion, le nombre de places que comporte chacun des théâtres. En l'occurence ici, respectivement 98 et 99 places. Si vous avez envie de tenter l'expérience, cet article intitulé Onscreen this month - quarantine edition vous donnera des pistes, certaines à consommer très rapidement...
Il y a un autre article issu du journal American Theatre dont le site est une vraie mine de renseignements pour qui s'intéresse au théâtre américain, qui a retenu notre attention. Intitulé Streams before the flood, il recense les initiatives et tentatives de théâtre à distance, mais surtout, il parle aussi d'un sujet que nous n'avons pas encore vu émerger dans les médias français : l'accessibilité. Son auteur, Jerald Raymond Pierce, donne ainsi la parole à Mickey Rowe, co-fondateur de National Disability Theatre indique ainsi que la possibilité de voir une pièce de théâtre depuis son domicile est une chose que la communauté des personnes handicapées réclame depuis longtemps ("an at-home streaming option for current shows is something the disability community has been calling for for a long time").

“This should always be an option,” Rowe said. “For a lot of people with disabilities, getting out the door and attending the theatre in person is just not possible or reasonable. This doesn’t mean that they don’t want to attend your theatre or become a subscriber. Your theatre, and the travel to get to the theatre, simply isn’t accessible for them.”

Rowe ajoute : "Cela devrait toujours être une possibilité. Pour beaucoup de personnes handicapées, sortir de chez soi et se déplacer physiquement au théâtre n'est simplement pas possible ou raisonnable. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elles ne souhaitent pas venir au théâtre ou y être abonnées. Votre théâtre, et le trajet pour s'y rendre, n'est tout simplement pas accessible pour elles."

Mickey Rowe, acteur lui-même, autiste et légalement aveugle, souligne aussi qu'il existe déjà des solutions techniques permettant d'ajouter des sous-titres ou de l'audiodescription à des vidéos qui pourraient être utilisées dans les versions diffusées par les productions. Jeremy Wechsler, le directeur du Theater Wit, indique qu'à terme, il y aura une version audiodécrite et sous-titrée de Teenage Dick. A ce jour, nous n'avons pas vu d'indications relatives à cela sur le site de réservation mais la pièce est diffusée jusqu'au 19 avril prochain.

Crip Camp

Le 25 mars dernier, Netflix mettait en ligne un documentaire produit par le couple Obama, Crip Camp et réalisé par des professionnels handicapés dont Jim LeBrecht, ingénieur du son, dont on suit le parcours à travers l'aventure des droits civiques. Si vous n'avez pas Netflix, profitez du mois d'essai gratuit pour vous jetez sur ce documentaire passionnant, réjouissant, mené de bout en bout par des personnes handicapés, tout handicap confondu. Cela vous permettra aussi, si cette histoire ne vous est pas familière, de retracer la lutte des personnes handicapées américaines pour leurs droits civiques, du Camp Jened, colonie de vacances tenue par des hippies, dans les années 1970 qui accueillait des personnes handicapées de tous les Etats-Unis, jusqu'à l'ADA (Americans with Disabilities Act) de 1990, Judith Heumann en tête, infatigable avocate des droits civiques. Il est aussi beaucoup question de solidarité dans ce documentaire, d'images d'archives mais aussi d'images d'aujourd'hui. Et, comme le rappelle Cécile Marchand Ménard, dans cet article paru sur Télérama, "Prix du public au dernier Festival de Sundance, Crip camp souligne que les droits des minorités sont fragiles, et jamais totalement acquis. Si connaître l’histoire des luttes est l’une des clés pour renforcer ces droits, alors le documentaire du couple Obama fait figure d’œuvre d’utilité publique."
Tout est dit, nous vous aurons prévenus. A voir absolument et d'urgence! Il paraît qu'en ce moment, vous avez plein de temps libre...

Ce qui est intéressant aussi, comme nous l'avons vu précédemment, c'est qu'aujourd'hui, le réseau internet et les outils de communication nous permettent de nous réunir derrière un écran pour discuter ensemble, et des quatre coins du monde. Sur Twitter, depuis plusieurs années maintenant, il y a un hashtag passionnant pour qui s'intéresse notamment à la représentation du handicap au cinéma, c'est #FilmDis. Le 1er avril dernier (et ce n'est pas un poisson) a eu lieu un "Twitter chat" autour de "Crip Camp" organisé par Alice Wong, une activiste handicapée, et co-animé par les deux réalisateurs du documentaire, James LeBrecht et Nicole Newnham.

Crip Camp - Twitter chat
Annonce du "Twitter chat" avec, à gauche, l'affiche du documentaire, et, à droite, les informations nécessaires pour participer à la "conversation".

Au cours de cet échange, Alice Wong a demandé aux réalisateurs ce qu'ils souhaitaient ou espéraient voir émerger de la diffusion de "Crip Camp" sur Netflix.

Screenshot_2020-04-02_James_LeBrecht_sur_Twitter_We_are_hearing_from_other_filmmakers_with_disabilities_that_they_are_feeli_._.png
Dans ce tweet, James LeBrecht, l'un des réalisateurs du documentaire indique que depuis la sortie du film et ses récompenses, il y a un changement d'attitude de la part de producteurs qui, il y a seulement quelques mois, n'auraient même pas regardé un projet mené par des réalisateurs handicapés. Il décrit cela comme "l'effet Crip Camp"...

Le documentaire est disponible dans de nombreuses langues ainsi que dans une version audiodécrite en français, assez vivante d'ailleurs.

Lecture des temps passés

Après des actualités très récentes, pourquoi ne pas plonger dans la mémoire de l'imprimerie...
C'est incroyable ce que l'on peut découvrir sur Gallica.
On y retrouve des noms déjà évoqués ici tels Jacques Arago, "équivalent" français de James Holman découvert dans Voyageur qui continua à voyager autour du monde après avoir perdu la vue à l'âge de quarante-sept ans, ou Pierre Villey, universitaire spécialiste de Montaigne, qui fait encore référence aujourd'hui, et qui a tant œuvré pour la reconnaissance des personnes aveugles.

Si vous avez envie de voyager autour du monde, à la rencontre d'autres cultures, Le voyage autour du monde de Jacques Arago est idéal.

Quant à Pierre Villey, on ne peut que conseiller Le Monde des Aveugles - Essai de Psychologie paru en 1914.
Pierre Villey a également publié en 1925 l'aveugle dans le roman contemporain, une source très précieuse pour qui s'intéresse à la représentation de la cécité dans les romans. Il distribue des bonnes et (surtout) mauvaises notes à ses contemporains. C'est en lisant cette étonnante ressource que nous avions découvert Les Emmurés de Lucien Descaves. Le document est disponible dans de nombreuses versions, y compris en format Daisy. Le document est disponible en annexe de ce billet en format PDF.

Pour momentanément conclure

Voilà donc quelques suggestions pour occuper notre esprit, nos oreilles, nos yeux, nos mains, peu importe la façon dont nous lisons...
Elles sont totalement subjectives et nous l'assumons pleinement, comme nous l'avons toujours fait ici.
Il nous a paru intéressant de faire remonter aussi les problématiques d'accessibilité connues depuis longtemps par les personnes handicapées mais qui semblent (enfin) arriver à la connaissance des autres, ceux qui, habituellement, ne se posent pas la question de "je veux aller voir ça mais comment je fais? Y a-t-il des transports en commun à proximité? La salle est-elle accessible? Le VTC que j'ai commandé va-t-il accepter mon chien-guide"...
L'article paru dans American Theatre y faisait allusion mais nous espérons sincèrement que l'après confinement permettra de ne pas oublier ces questions d'accessibilité, qu'elles soient numériques ou physiques. Nous y prêterons un œil et une oreille attentifs.
En attendant, nous vous souhaitons de belles découvertes.