Vues intérieures

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Image tactile

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 26 juin 2017

Accrochage n°10 Voir et ne pas Voir - Musee des Beaux-Arts de La Rochelle

Êtes - vous prêts à embarquer? Nous partons à La Rochelle... Pas besoin d'avoir le pied marin, juste l'envie d'être curieux, d'accepter le dépaysement et de, non perdre, mais prendre d'autres repères.
Nous vous emmenons explorer le dernier étage du musée des Beaux-Arts qui occupe depuis 1844 le second étage de l’hôtel de Crussol d’Uzès, palais épiscopal néoclassique. Il présente une importante collection de peintures européennes du XVe au milieu du XXe siècle. Mais pour cette occasion, c'est autre chose que nous allons découvrir.

Contexte

"Riche d’une collection d’environ 900 peintures et dessins, le lieu ne dispose pourtant que d’une surface limitée pour montrer ses trésors. C’est pourquoi le musée a mis en place une politique de présentation régulièrement renouvelée. Une personnalité ou un groupe de personnes est invité chaque année à concevoir son propre accrochage afin de multiplier points de vue et découvertes."
On peut lire ce paragraphe dans la présentation du musée. Ce que nous avons envie de vous faire découvrir et partager, c'est l'accrochage n°10.

"Vous voici prêts à pénétrer dans une exposition peu commune où tous vos sens seront sollicités... L'exposition qui accompagne ce catalogue vous propose une expérience de visite différente. Pour son 10e accrochage, le musée des Beaux-Arts a en effet invité un public déficient visuel à sélectionner les oeuvres présentées."
C'est par ces mots que débute la présentation de l'exposition Voir et ne pas voir proposée par le Musée des Beaux-Arts de la Rochelle du 1er octobre 2016 à septembre 2017.
Pour ce.ux.lles. qui n'auraient pas l'occasion de se rendre dans ce coin de la Nouvelle Aquitaine, un court reportage de Culture Box vous permettra de jeter un oeil à cette exposition et avoir un aperçu des différents médias utilisés pour rendre accessibles certaines des oeuvres exposées.

Le catalogue de l'exposition

La visite de l'exposition est complétée par un catalogue qui présente les oeuvres que l'on peut y découvrir.

Braille sur la couverture du catalogue Voir et ne pas Voir

Sur la couverture de ce catalogue, on trouvera quelques lignes en braille. A l'intérieur, on trouvera un CD, deux planches représentant chacune un tableau où le personnage et son environnement immédiat sont en relief. Images tactiles difficiles à décrypter seul.e mais cela permet de comprendre la position du personnage dans la composition du tableau. On y trouve aussi la silhouette embossée d'une statue de Brahmâ, une feuille découpée superposée à un portrait de Louis XV indiquant ainsi l'emplacement des éléments indiquant le pouvoir de droit divin du roi de France : long manteau, casque panaché de trois plumes, bâton de commandement fleurdelisé, épée et éperons. On y trouve aussi quatre éléments olfactifs à reconnaître, histoire de s'immiscer dans le tableau de Louis Mouchot intitulé La Prière du soir.

Accessibilité

Nous avions lu des articles, vu des reportages sur cette exposition et étions très curieux d'aller la voir, au moins pour avoir notre propre avis et puis aussi parce qu'elle donnait la parole, en terme de choix artistiques, à des personnes aveugles ou malvoyantes, et cette idée nous plaisait bien tout comme celle de "multiplier points de vue et découvertes".
Très sensibles aux questions d'accessibilité physique (contenant) et culturelle (contenu), nous étions ravis de trouver un guidage jaune dès le portail permettant d'accéder à la cour pour nous emmener à l'entrée du musée. L'accueil du musée ressemble à n'importe quel guichet d'accueil d'un bâtiment recevant du public. Pour atteindre l'exposition Voir ou ne pas voir, il nous faudra monter deux étages d'un bel escalier en pierre. Peut-être existe-t-il quelque part un monte-charge. Mais pour une fois qu'on ne nous a pas indiqué l'emplacement de l'ascenseur (ne pas voir ne veut pas dire ne pas pouvoir franchir des marches ou utiliser un escalier, qu'on se le dise et qu'on se le répète), nous franchissons allègrement ces deux niveaux. Ceci dit, la présence d'un ascenseur est une vraie question à poser, car son absence est une réelle entrave à l'accessibilité du lieu.

Arrivés au deuxième étage, une maquette tactile nous permet de comprendre, avec quelques indications supplémentaires, la disposition des lieux. Idée intéressante pour qui veut déambuler seul.e. Les visiteurs voyants sont accueillis par une série d'expressions autour du mot "oeil", singulier et pluriel.

Maquette tactile du lieu d'exposition

Parmi les expressions, on trouvera Clin d'oeil, Y aller les yeux fermés ou encore Faire les yeux doux. Puis on entrera dans la première salle de l'exposition où un médiateur vous expliquera le principe de l'exposition et vous aidera éventuellement à vous débrouiller avec les tablettes. A ce propos, on trouvera des tablettes à chaque station présentant une oeuvre accessible au visiteur déficient visuel. On y trouvera une audiodescription de l'oeuvre, mais aussi d'autres informations sur la période, le contexte historique. Dommage alors que ces tablettes ne soient pas vocalisées (techniquement faisable sous Android) pour un usage en autonomie.
Ce que l'on remarque aussi en entrant dans la première salle, ce sont les bandes de guidage podotactile qui nous amènent d'un endroit à un autre.

Bandes podotactiles et cheminement en relief

Présentation de l'exposition

"Voir ce qui est réel et ce qui ne l'est pas ; cacher ou dévoiler. Comment les artistes, en tant que médiateurs, donnent - ils à voir le tangible et l'irréel? Huit thèmes se sont imposés, sélectionnant une centaine d'oeuvres exposées au sein d'un parcours sensoriel commenté d'une cinquantaine de minutes." (p8 du catalogue)
Voici la liste des huit thèmes:

  • Voir et ne pas voir
  • Les yeux de l'llusion
  • Les yeux des voyageurs
  • Les yeux de l'innocence
  • Les yeux de l'esprit
  • Les yeux des morts
  • L'oeil du cyclope
  • Les yeux de la foi

A chacun de ces huit thèmes correspondra une station qui accueillera une tablette numérique (qui pourrait être plus accessible) et une oeuvre rendue accessible au visiteur aveugle ou malvoyant. Chacune des stations permettra d'ailleurs d'explorer un moyen différent d'être accessible. Odeurs, reproduction en 3D, maquette tactile, image tactile...
Ci-dessous, on trouvera des photos de ces stations, vue globale ou de détail.

station des senteurs - six odeurs pour plonger dans la peinture de Louis Mouchot, la Prière du soir Dessin en relief - les différents personnages d'un tableau
Quatre odeurs pour plonger dans La Prière du soir, peinture de Louis Mouchot ou des dessins en relief pour détailler les personnages et les différents axes dans la peinture La Mort d'Alcibiade de Philippe Chéry

peinture de Jean Chevolleau, Le Port de La Rochelle, calme bleu mystique Le Brenn et sa part de butin - maquette présentant les différents plans du tableau avec possibilité de jouer avec la lumière pour comprendre le contre-jour Tableau en puzzle pour tenter de comprendre la représentation du port de la Rochelle par Jean Chevolleau, Le Port de La Rochelle, calme bleu mystique ou maquette représentant les différents plans du tableau Le Brenn et sa part de butin de Paul Jamin

Expériences

On peut parfois avoir l'impression que cette exposition ressemble à un show-room : on montre au visiteur aveugle ou malvoyant, et aux autres visiteurs curieux, différentes techniques permettant de rendre accessible une oeuvre telle qu'une peinture. On trouve ainsi des dessins tactiles reprenant les lignes d'un tableau, une peinture tactile ou la mise en volume d'une peinture tel un bas-relief.

On peut aussi voir cette exposition comme une expérience. Quels sont les supports qui sont appréciés par les visiteurs déficients visuels? Y a-t-il des éléments compliqués à interpréter seul.e?
Nous avons envie de poser cette question : a-t-on réellement pensé à l'autonomie de la personne aveugle, ce que pourraient laisser croire les bandes podotactiles de guidage au sol, ou bien est-ce conçu comme une visite accompagnée, en tandem voyant/aveugle, ce que suggère cette tablette numérique remplie d'informations fort intéressantes mais non accessibles à la personne aveugle, alors que cela est techniquement faisable?

Pour ceux, celles qui en ont, auront l'opportunité, l'exposition se tient jusqu'au 15 septembre 2017 et mérite une visite. La variété des supports (reproduction 3D, dessin en relief), la variété des oeuvres (peintures, sculptures), la variété des époques et des thèmes permettent une découverte et de ce qui existe pour rendre les oeuvres accessibles au visiteur déficient visuel et de la richesse des collections du Musée des Beaux-Arts de La Rochelle.
Et l'on se prend à rêver d'œuvres emblématiques du musée accessibles "pour de bon" à tous, pas simplement le temps d'une exposition pensée pour et avec des personnes déficientes visuelles. Parce que pouvoir partager, échanger des avis, des idées après une visite, un film ou une pièce de théâtre est toujours un moment fort, surtout quand on a pu se faire sa propre idée.

samedi 24 décembre 2016

La Princesse, le Dragon et le Chevalier intrepide - Mes Mains en Or

Nous allons parler encore une fois d'un ouvrage de Mes Mains en Or.
Celui-ci est l'adaptation d'un classique de la littérature jeunesse, dont l'auteur est Geoffroy de Pennart, et Mes Mains en Or en a réalisé une version épatante, drôle, accessible aux enfants aveugles et malvoyants, public privilégié de cette maison d'édition associative.
Cette version de La Princesse, le Dragon et le Chevalier intrépide est disponible en braille, gros caractères, audio, avec des images tactiles et, comme d'habitude, des objets à manipuler, ici une couronne (de princesse) et une épée (de chevalier).

Couverture de La Princesse, le Dragon et le Chevalier intrepide de Mes Mains en Or

Quatrième de couverture

Prenez une gentille princesse, maîtresse d'école, mettez à ses côtés un vieux dragon protecteur et acariâtre...
et posez - vous la question capitale : comment diable l'intrépide chevalier pourra-t-il conquérir le coeur de la douce ?
Ah, mais sachez qu'un chevalier vient TOUJOURS à bout de ses défis !

Accessibilité

Nous avons régulièrement eu l'occasion de présenter sur ce blog des ouvrages publiés par Mes Mains en Or. Chaque fois, nous avons loué la beauté, l'inventivité, la créativité de ces versions accessibles aux enfants et aux parents déficients visuels, qu'ils soient aveugles ou malvoyants, mais également intéressantes pour les petits ou grands lecteurs voyants pour un vrai moment de partage.

Cet ouvrage est, si l'on en croit les spécialistes, accessible aux enfants entre sept et neuf ans. A priori, donc, pour des enfants qui lisent déjà seuls. Et là, Mes Mains en Or a fait un travail fort intéressant et très réfléchi autour des textes dits par les différents personnages, soit la princesse, le dragon Georges, et le chevalier intrépide.
Comment savoir qui parle sans alourdir le texte? Pour faciliter la vie de ses jeunes lecteurs, Mes Mains en Or a travaillé sur un double registre. Un code couleur, pour les lecteurs voyants ou malvoyants : bleu pour le chevalier intrépide, rouge pour la princesse, vert pour Georges le dragon, et noir pour le reste du texte. Mais aussi un code tactile pour les lecteurs aveugles. Ainsi, au début de chaque prise de parole, on trouvera une petite figure géométrique texturée permettant d'identifier le personnage : un rond métallisé pour le chevalier intrépide, une étoile brillante pour la princesse et un triangle en matériau texturé façon peau de reptile pour Georges.

différentes couleurs et formes tactiles pour identifier quel personnage parle

Comme dans la plupart des livres de Mes Mains en Or, une ligne de texte en gros caractères s'intercale avec une ligne de texte en braille.

Version audio

Pour accompagner la lecture, il y a aussi une version enregistrée et, nous l'avouons, nous adorons la voix de Georges.
Cette version audio peut s'écouter de façon indépendante mais aussi servir de support à la lecture. Elle rend aussi le texte plus vivant, donnant une voix à chacun des personnages.

Vous trouverez en annexe le podcast de Les Petites Histoires présenté sur Vivre FM qui présente le livre.

Aventures

Ce chevalier intrépide, Jules de son petit nom, est accompagné de Flambard, son fidèle destrier. Ensemble, ils vont rencontrer les monstres terribles de la montagne :
Dans cette version, les monstres sont présentés sous forme de cartes de jeu détachables du livre. On peut ainsi s'amuser à reconstituer l'histoire, à retrouver le nom de ces affreuses créatures.
Chaque carte est plastifiée avec le nom du monstre écrit en braille et en gros caractères.

cartes plastifiées illustrant chacune l'un des monstres

Pour conclure

La découverte de ce classique de la littérature enfantine dans la version adaptée par Mes Mains en Or est un vrai bonheur. Le texte original est drôle, revisitant (un peu) les histoires de princesse et de chevalier, et cette adaptation permet à l'enfant aveugle ou très malvoyant de se faire une représentation d'un dragon (gentil) et, à partir des indices mis sur les cartes, s'imaginer à quoi peuvent ressembler ces terribles monstres de la montagne.
Imagination, créativité, réflexion, voilà quelques termes qui illustrent parfaitement cette adaptation de Mes Mains en Or. Et ce sera un vrai plaisir pour les jeunes lecteurs.

lundi 4 avril 2016

Colloque Sensorialité et Handicap

Ce colloque international co-organisé par Universcience et l'INS HEA s'est tenu à la Cité des Sciences et de l'Industrie à Paris du 17 au 19 mars 2016.
Son sous-titre était : "Toucher pour apprendre, toucher pour communiquer".

Logo colloque Sensorialité et Handicap - illustration des cinq sens

Si les deux premières journées nécessitaient une inscription préalable, la troisième journée était ouverte au grand public dans le cadre de la Semaine du Cerveau.
Vous trouverez ci-dessous le résumé du programme mais nous nous intéresserons particulièrement à la plénière 3 qui présente des adaptations dans les musées et l'accès à l'art qui permet également de "réviser" ce que nous avons vu le matin, lors de la table ronde 4 sur la lecture d'images tactiles et de dessins en relief.

Carcassonne - découverte tactile des remparts
Exploration tactile du dessin en relief des remparts de Carcassonne tiré de l'ouvrage consacré à la cité dans la collection Sensitinéraires

Résumé du programme

Jeudi 17 mars 2016

Conférence de Vincent Hayward sur : "les bases physiques du toucher et leurs effets sur la perception"
Connaissances sur le toucher, suppléances perceptives

Deux tables-rondes en parallèle:
Table ronde 1 : Le toucher pour les élèves en situation de handicap et pour les autres (toucher et pratiques inclusives)
Table ronde 2 : Toucher, multimodalité et communication

Conférence de Bertrand Vérine : Le vocabulaire tactile existe : je l'ai entendu

Vendredi 18 mars 16

Conférence d'Edouard Gentaz : L'exploration multisensorielle dans les apprentissages

Deux tables-rondes en parallèle :
Table-ronde 3: Des perturbations du toucher à l'utilisation quasi exclusive du toucher dans diverses situations
Table-ronde 4: La lecture d'images tactiles et de dessins en relief

Le braille : apprentissage, enseignement
Les adaptations dans les musées et l'accès à l'art

Samedi 19 mars 2016

Les bases physiques du sens du toucher
L'anatomie des mains, à la croisée des arts et des sciences
Le toucher, au coeur des apprentissages
Le toucher à la naissance, une acquisition pour la vie

Ainsi que des démonstrations et ateliers le samedi après-midi

Les adaptations dans les musées et l'accès à l'art

Nous reviendrons plus précisément sur les présentations faites le vendredi après-midi, en totale adéquation avec le thème de ce blog.
Les intervenants lors de cette plénière étaient:
Aldo Grassini (Musée tactile Omero, Ancone, Italie) : Il faut chercher une esthétique du toucher
Marie-Pierre Warnault et Anne Ruelland (Cité de l'Architecture et du Patrimoine, Paris) : S'approprier une oeuvre architecturale par le toucher
Laura Solaro (Musée du Louvre, Paris) : La Galerie tactile du musée du Louvre. Témoignage sur une pratique éducative innovante
Delphine Demont (Compagnie Acajou, Paris) : Toucher pour s'ouvrir à soi : danser

Le musée tactile Omero
Ce musée a été créé à Ancone en 1993 et est devenu musée d'état en 1999. On pourra trouver une présentation en français ainsi qu'une en anglais en pièces jointes.

Logo du musée tactile Omero

La présentation parlait particulièrement de l'esthétique du toucher.
Voici le résumé :
Toucher pour apprendre, toucher pour communiquer, mais aussi toucher pour un accès à l'expérience esthétique de l'art. On a jusqu'à présent essayé de comprendre les potentialités cognitives du toucher sans beaucoup s'intéresser à ses potentialités esthétiques. Cette question est cependant devenue primordiale pour penser une véritable intégration culturelle des aveugles : l'intégration sociale n'est pas possible sans intégration culturelle, et l'art est un élément essentiel de la culture.
Mais un aveugle peut - il vivre une expérience de l'art authentiquement esthétique?
Le toucher permet la connaissance de certaines propriétés spécifiques, impossibles à percevoir par les autres sens : le poids, la température, la solidité sont des qualités exclusivement tactiles. D'autres propriétés peuvent être perçues par d'autres sens, mais ne peuvent être atteintes concrètement que par le toucher : la tridimensionnalité, le lissé, le relief d'une ligne, le vide et le plein, etc. Mais le toucher offre un plaisir différent de celui de la vision et a sa spécificité.
La formation d'une image visuelle et celle d'une image tactile suivent des voies différentes, mais elles peuvent toutes deux inspirer d'authentiques expériences esthétiques. Il existe une voie vers l'art qui part de la sensation tactile et utilise des éléments qui ne sont pas seulement cognitifs, mais aussi émotionnels : tandis que par la vue, le sujet et l'objet restent distincts, qu'il y a toujours un espace qui les sépare, le contact tactile élimine l'espace. Le toucher contient donc une participation affective qui n'est pas appréhendable par la vue.
Si ce constat a une validité pour les aveugles, pourquoi ne pourrait - il pas en avoir une aussi pour les voyants? Ajouter le plaisir du toucher au plaisir du voir propose une approche nouvelle de la jouissance liée à l'art. Il faudrait donc créer une théorie esthétique du toucher qui n'existe pas encore.

Photo du musée tactile Omero - sculptures

Ce que j'ai retiré de cette présentation, c'est cette phrase : "l'intégration sociale n'est pas possible sans intégration culturelle", que je partage totalement. Oui à l'accessibilité culturelle et à l'inclusion. C'est aussi la démarche de ce musée.

Cité de l'Architecture et du Patrimoine
"S'approprier une oeuvre architecturale par le toucher" était le sujet présenté par la Cité de l'Architecture et du Patrimoine qui a une offre d'activités pour le public handicapé.
Ce qui m'a intéressée dans cette démarche, c'est aussi, depuis 2010, la création de deux ateliers accessibles à tous les publics, "Sculptures cachées" et "Toucher pour dessiner". J'aime cette façon d'envisager le partage de la culture, l'appropriation par tous, même par le biais de divers moyens, d'un corpus commun. Mais voyons, dans le résumé ci-dessous, le détail de ces ateliers.

Qu'il s'agisse de médiation ou de création d'outils pédagogiques manipulables, l'équipe de la direction des publics de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine fait appel au principe de la conception universelle. Cette démarche repose sur le fait que ce qui est conçu pour les personnes en situation de handicap peut être utilisé par tous. Dans ce cadre, nous présenterons deux ateliers que nous avons conçus et qui mettent en jeu le toucher à destination de tous les publics.
Le premier est un atelier qui consiste à découvrir de manière tactile des fragments architecturaux cachés à la vue des participants. Cet atelier, accompagné par une médiation humaine, est pratiqué lors d'évènements culturels.
Le deuxième atelier est intitulé "Toucher pour dessiner", il prolonge le précédent en proposant aux visiteurs, à l'issue d'une découverte tactile d'un dessin en relief, de le reproduire à leur tour sur un support adapté. Cet atelier, créé dans le cadre d'une exposition temporaire, se pratiquait en autonomie.
Après avoir exposé les objectifs et principes de ces ateliers, nous analyserons les retours d'expériences obtenus auprès des différents types de visiteurs. Nous ouvrirons ensuite le débat sur la question des bénéfices que le public voyant peut tirer d'une telle pratique du toucher en terme de mémoire, de représentation mentale, d'appropriation, et plus généralement d'appréhension du monde par un sens souvent négligé, le toucher.

La Galerie tactile du Louvre
Créée initialement pour le public déficient visuel en 1995, la Galerie tactile du Louvre a connu une évolution des publics depuis 201. Découvrir la Galerie tactile du Louvre dans ce podcast (ou baladodiffusion).
Elle est aujourd'hui ouverte aux publics handicapés, aux groupes scolaires et périscolaires, aux publics éloignés de la culture muséale. En accès libre, elle est ainsi accessible à tous les visiteurs.
Car si le toucher est indispensable aux déficients visuels pour appréhender une sculpture, il est idéalement requis chez tout visiteur souhaitant apprécier pleinement une oeuvre sculptée. Intrinsèquement lié à l'acte de création du sculpteur, le toucher nous renvoie à la matérialité de l'oeuvre. La découverte tactile permet donc d'aborder des questions fondamentales posées par la sculpture (volume, relief, surface...) et de les comprendre de façon concrète et directe.
Cette approche a depuis insufflé une dynamique nouvelle dans la conception de dispositifs de médiation dans les salles du musée (interprétations tactiles des oeuvres au département des arts d'Islam, échantillons de matériaux dans la nouvelle Petite Galerie).
A partir de 2011, la question s'est posée au sein du Service Éducation et Formation de concevoir un module de formation destiné aux acteurs du monde éducatif. Ce module, intitulé "Toucher et voir, pour mieux apprécier la sculpture" est régulièrement proposé et s'insère dans le catalogue d'offre de formations du musée. Dans une approche universelle, elle s'adresse autant à des relais travaillant avec un public non voyant et mal voyant qu'aux éducateurs, animateurs et enseignants de tout niveau scolaire et aux relais du champ social.

La Compagnie Acajou
Si vous suivez ce blog, nous vous avons déjà parlé de la Compagnie Acajou dans le billet consacré à Saïd Gharbi, et qui fait un travail fort intéressant avec les personnes déficientes visuelles et dont les projets s’organisent autour de quatre axes majeurs :la création de spectacles, l’accès à la pratique chorégraphique, l’accès à la culture chorégraphique, ainsi que la création d'outils pédagogiques adaptés.

Logo de la Compagnie Acajou - oeil fermé

Mais lisons le résumé ci-dessous :
Nous travaillons notamment sur les différentes possibilités de solliciter la sensibilité du corps dans sa globalité : en introduisant une conscience et/ou des actions sur et avec la peau, les muscles, les tendons, les articulations, le système nerveux..., nous stimulons l'ensemble du système somesthésique. Nos exercices incluent des appuis sur soi et des manipulations, pour prendre conscience de son enveloppe charnelle, de l'architecture du corps humain et des restructurations internes permanentes dès qu'il y a mise en mouvement. Nous proposons également des outils pédagogiques tactiles qui invitent le danseur à mieux construire son imaginaire corporel ou chorégraphique, à partir d'un contact efficient sur un objet extérieur à lui, mais dans un mouvement d'appropriation impliquant un retour sur soi et une transcription à travers son propre corps. Ces approches spécifiques à notre compagnie viennent nourrir le toucher du danseur, en questionner et peut-être en repousser la profondeur, l'impact et les limites; elles ouvrent également de nouveaux espaces de recherche pour interroger le mouvement d'appropriation et l'investissement spécifique qu'entraîne le toucher - la somesthésie active pouvant devenir révélatrice de l'imaginaire et de la personnalité de chacun.

Commentaires

Ce billet s'est concentré sur une petite partie de ce qu'il s'est dit lors de ce colloque international. Il s'est dit beaucoup de choses intéressantes, beaucoup sur le toucher d'un point de vue scientifique, beaucoup sur l'apprentissage et l'enseignement, notamment de l'importance du braille et du toucher pour appréhender mieux les choses.
Dans ce concentré autour des adaptations dans les musées et l'accès à l'art, ce que je retiens, c'est cette idée récurrente de conception universelle et de dispositifs accessibles à tous. Il reste encore beaucoup à faire mais voir, par exemple, l'évolution du public ayant accès à la Galerie tactile du musée du Louvre, ou se renverser des processus de conception (partir d'un dispositif accessible au public déficient visuel pour l'offrir à tous les visiteurs du musée) donne des raisons de se réjouir.
Nourrissons-nous de nos différences, et mettons à profit tous nos sens pour appréhender une oeuvre...
L'accessibilité universelle profite à tous.

Pour finir, voici le lien vers l'État des lieux de l'accessibilité des équipements culturels du ministère de la Culture et de la Communication. Parce qu'il reste encore des offres à développer, des équipes à sensibiliser, des bâtiments à rendre physiquement accessibles...

mercredi 11 février 2015

Sensitinéraires - collection de livres tactiles du Centre des Monuments Nationaux

Coup de coeur pour cette collection lancée en 2005 par le Centre des Monuments Nationaux et qui s' enrichit régulièrement de magnifiques livres tactiles.

La Sainte Chapelle, le Panthéon, la Cité de Carcassonne, l'abbaye de Cluny font partie des premières publications. La prochaine parution est prévue pour le 12 février 2015. Il s' agit de la Tenture de l'Apocalypse visible au Château d'Angers. couverture du livre présentant La Tenture de l'Apocalypse

Ces livres sont par ailleurs accessibles également d'un point de vue financier, atout non négligeable et rendu possible par un partenariat avec des fondations, et relativement faciles à trouver, notamment sur le site du Centre des Monuments Nationaux (CMN).

Le détail des dessins en relief est bluffant. Sainte Chapelle - détail vitraux Sainte Chapelle - détail rosace

ici, deux exemples de détails des vitraux et d'une rosace de la Sainte Chapelle

Ces dessins sont accompagnés d'un CD audio expliquant le contexte historique du bâtiment, lieu ou de l'oeuvre décrit(e), et le mode d'emploi des dessins. Chaque ouvrage comporte aussi un livret en noir avec illustrations en couleurs et un livret reprenant en contraste de gris les dessins mis en relief, pour les personnes malvoyantes. Cela permet ainsi une découverte autonome ou accompagnée comme dans cette bibliothèque selon les connaissances du lecteur et son habitude des dessins tactiles. Les dessins représentent autant des détails que des plans masse permettant une découverte à portée de mains à la fois du grand (l'échelle de la cité de Carcassonne) et du petit (détail d'un blason ou d'une sculpture).

plan masse en relief de la Cité de Carcassonne

détail sculpté ici, des exemples illustrant l'ouvrage sur la Cité de Carcassonne

Hoëlle Corvest qui s' occupe du public déficient visuel à la Cité des Sciences et de l'Industrie, et qui anime régulièrement des stages de lecture d'images tactiles, intervient dans la réalisation de chaque ouvrage de cette collection.

Chaque ouvrage est vraiment pensé en fonction de ses spécificités. On peut le concevoir comme un beau livre, comme un outil permettant de préparer une visite sur le terrain mais c'est un livre à partager, à découvrir ensemble.

Par ailleurs, si Paris n'est pas oublié (le Panthéon et la Sainte Chapelle), la province est également bien présente (l'abbaye de Cluny, la Cité de Carcassonne et la tenture de l'apocalypse visible au Château d'Angers)!

La collection Sensitinéraires s' enrichit d'un titre tous les deux ans environ. Des pistes pour le prochain opus? Des idées?

mercredi 12 novembre 2014

Claude Garrandes - portrait

Dernièrement, j'ai redécouvert Claude Garrandès et son travail à l'occasion de la lecture d'un livre de Nicole-Nikol Abécassis Garrandès, l'éclaireur - Essai sur la cécité et la création artistique

Je me suis alors souvenu d'un reportage sur cet homme aux multiples domaines de compétences. Ce que j'avais retenu de son travail, c'étaient de magnifiques livres d'art avec des dessins embossés et tactiles, des reproductions d'oeuvres de Matisse, de Cocteau notamment.

Cocteau - couverture

Matisse - couverture

© Éditions CLAUDE GARRANDES

Claude Garrandès est le fondateur et le président de l'association Arrimage et se bat depuis des années pour que l'art soit accessible à tous, en particulier aux personnes aveugles et malvoyantes, notamment aux enfants déficients visuels.

Claude Garrandès est aussi professeur de braille, éditeur de livres d'art, juriste, docteur en psychologie, psychanalyste, professeur certifié en sciences économiques et sociales, ainsi qu'artiste. Pour mieux faire connaissance avec cet artiste polyvalent, infatigable et tourné vers les autres, lire ce portrait fouillé 2012-02-article-CN-Claude_Garrandes-1.pdf

L'association Arrimage est basée à Nice et le dernier ouvrage édité en 2011 avec des dessins tactiles reproduit des gravures de la Vallée des Merveilles, Homme des Merveilles et les éditions Claude Garrandès s' apprêtent à publier la première édition en relief du Petit Prince et en braille!

L'association Arrimage oeuvre dans plusieurs domaines : édition, mais aussi signalétique et adaptation d'oeuvres pour le public aveugle ou malvoyant, ateliers artistiques, activités pédagogiques...

Homme des Merveilles -Éditions Claude Garrandès, 1991

© Éditions CLAUDE GARRANDES, 2011

Claude Garrandès expose régulièrement ses oeuvres, notamment ses sculptures en fil de cuivre qu'il tisse avec ses doigts, ses coptographies (ou comment écrire avec les ombres), dans la région niçoise.